Quels travaux d’isolation prévoir pour profiter de la prime CEE ?

La prime énergie, aussi appelée prime CEE (Certificat d’Économie d’Énergie) est un moyen efficace d’arriver à baisser ses factures mensuelles de consommation énergétique. C’est principalement le chauffage qui va en bénéficier, car les logements anciens sont souvent de véritables passoires énergétiques. Le gain en pouvoir d’achat peut être conséquent, mais il faut savoir d’une part comment profiter de cette prime CEE, puis d’autre part savoir déterminer les travaux d’isolation les plus pertinents et qui sont éligibles. 

 

La prime CEE, comment la réclamer

C’est une aide qui peut être versée directement sur le compte bancaire, mais aussi être sous forme de chèque à son nom, ou encore de réduction du montant de la facture des travaux. Cette somme est débloquée dès lorsque l’artisan ou l’entreprise certifiée RGE (reconnue garante de l’environnement) a effectué sa part du travail. Mais il faut faire attention, car on ne peut pas procéder sans respecter scrupuleusement chaque étape de la prime CEE.

Il s’agit dans un premier temps de savoir si on est éligible soi-même. C’est simple, presque tout le monde l’est, et ce, sans conditions de ressources. Il suffit d’être propriétaire ou locataire, que ce soit pour une demeure principale ou secondaire, puis la maison concernée doit avoir plus de deux ans d’existence. Ensuite, consulter la liste des travaux éligible à la prime CEE, puis définir ceux qui sont les plus intéressants pour avoir une meilleure isolation thermique. Puis, estimer la réduction de la consommation d’énergie à l’issue des travaux, avec le devis de l’artisan RGE accepté. La demande de prime se fait à ce moment-là, avant la signature. On profitera alors de la prime CEE à l’issue des travaux.

Les travaux d’isolation concernés

Sachant que la chaleur s’échappe principalement par la toiture, les murs, les fenêtres et le sol, c’est principalement sur ces éléments de la maison que l’on pourra effectuer des travaux d’isolation thermique. Mais ce n’est pas tout, il y a aussi le centre même du chauffage qui est concerné, avec la possibilité de changer sa chaudière pour un modèle moins énergivore (sans fioul) voir opter pour des pompes à chaleur.

La toiture : il est possible de faire isoler par l’intérieur (via les combles) ou par l’extérieur (par un changement du revêtement). C’est le plus urgent si l’on a une mauvaise isolation, car la chaleur a tendance à s’échapper en premier par le toit.

Les murs : sur le même principe que la toiture, on peut isoler par l’intérieur ou l’extérieur. Il y a avantages et inconvénients à prendre en compte. Par exemple, par l’extérieur, on ne touche pas à la surface de vie interne, mais l’aspect extérieur de la maison sera forcément modifié.

Les fenêtres : il faut impérativement faire isoler ses fenêtres en bois, avec du double vitrage ou passer à des modèles en PVC. L’isolation passe également par la vérification du raccord avec les murs, il peut exister des trous d’air dans les maisons les plus anciennes.

Le plancher : parfois oublié dans les travaux de rénovation thermique, le plancher est pourtant l’un des éléments de la maison qui peut bénéficier d’une bonne isolation. En outre, cela va permettre de réduire le volume sonore pour un bien-être phonique plus important.

 

25 mai 2022 18 h 07 min

219 total de vues, 0 aujourd'hui